Saint Antonin

Saint Antonin

Saint AntoninSaint Antonin dont le corps repose à Sorrente; est l’objet d’une grande vénération de la part de tous les fidèles.

On vient recommander à Saint Antonin, tout particulièrement les ivrognes et faire des vœux sur son tombeau pour obtenir leur changement ou leur guérison.
Invocation
Ô Dieu, qui ne permettez pas que ceux qui n’ont d’espérance qu’en vous soient tentés et affligés au-dessus de leurs forces, mais qui leur faites tirer avantage de tous les maux qu’ils endurent; daignez protéger et délivrer vos serviteurs par votre secours céleste et les mérites de Saint Antonin. Nous vous en prions par N.-S. J.-C. Ainsi soit-il.
Saint Antonin, médecin admirable des ivrognes, priez pour nous.

Oraison
Jésus, fils de David, ayez pitié de moi. Ma bouche peut-elle prononcer quelque autre parole? Du fond de ma misère, peut-il sortir quelque autre sentiment? Quand je considère les dangers qui m’environnent de toutes parts, le penchant qui me porte au mal, et l’aveuglement qui me fait tomber dans tous les pièges tendus à ma faiblesse, que puis-je vous dire, ô mon Dieu, dans l’excès de ma honte et de ma douleur, si ce n’est, avec l’aveugle de l’Évangile  que vous ayez pitié de mon état? Hélas! Vous connaissez mieux que moi mes défauts; et j’ajoute avec le prophète, que vous voyez même ceux que je ne vois pas. Vous savez que je ne suis qu’un faible roseau que le moindre vent fait plier; que je ne trouve en moi que des Sources de corruption et des principes d’erreur; que ma vie n’est enfin qu’une tentation continuelle, tout mon être un assemblage de misères et de contradictions. Dans une situation aussi déplorable, que deviendrai-je, grand Dieu, si vous m’abandonnez? Semblable à un voyageur égaré dans une terre étrangère, je me vois exposé à toutes sortes d’attaques et de surprises, et c’est dans mon propre cœur que je trouve la cause de toutes mes défaites. Unique espoir de mon âme abattue, Dieu fort et puissant, tendez-moi la main et relevez-moi. Plus je suis faible, plus la bonté qui me soutiendra sera grande: il n’appartient qu’à une miséricorde sans bornes d’avoir pitié d’une misère extrême: vous la trouvez en moi, Seigneur, cette misère affreuse, capable de rebuter tout autre qu’un Dieu Sauveur. Ne rejetez pas ma prière, Dieu plein de clémence, qui courez même après les pécheurs qui vous fuient; recevez-moi, lorsque je viens à vous, regardez l’ouvrage de vos mains; un père peut-il être insensible aux larmes et aux pressants besoins de ses enfants’! Ô mon père! portez-moi dans vos bras, quand ma langueur m’empêche de marcher; mettez-moi à couvert sous l’ombre de vos ailes, cachez-moi dans votre sein paternel, brisez les chaînes que je n’ai pas le courage de rompre, fixez mes irrésolutions, terminez les combats que mes penchants me livrent, guérissez mes plaies, dissipez mes erreurs; que ma faiblesse ne l’emporte pas sur votre puissance, devenez le plus fort dans mon cœur; mettez-y tout ce que vous voulez y trouver; donnez-moi les vertus que vous demandez, et commandez ensuite tout ce qui vous plaira. Ainsi soit-il.

N’oubliez pas de visiter nos autres sites.