Saint Mommelin

Saint Mommelin

Saint MommelinOn invoque Saint Mommelin pour obtenir la guérison des hémorroïdes.
Evêque, Saint Mommelin parcourait son diocèse, prêchait, instruisait les petits et les humbles, administrait les sacrements, visitait les hôpitaux, rendait la liberté aux prisonniers et guérissait les malades en les bénissant.
Quand il mourut, couché sur la cendre suivant son désir, le 10 janvier 1209, il vit des anges battant des ailes au-dessus de sa tête et rendit l’âme en leur tendant les bras.
INVOCATION
Maintenant donc, Dieu Eternel, confirme pour jamais la parole que tu as prononcée touchant ton serviteur, et touchant sa maison, et fais comme tu en as parlé. Et que ton nom soit reconnu grand à jamais, et que l’on dise: L’Eternel des armées est le Dieu d’Israël; et que la maison de David ton serviteur demeure stable devant toi. Car toi, Eternel des armées, Dieu d’Israël, tu as fait entendre ces choses à ton serviteur, et tu as dit: « Je t’établirai une famille » ; c’est pourquoi ton serviteur a été incité dans son cœur à te faire cette prière.
Maintenant donc, Seigneur Eternel, tu es Dieu, et tes paroles seront véritables; or, tu as promis à ton serviteur de faire ce bien. Veuille donc maintenant bénir la maison de ton serviteur, afin qu’elle soit éternellement devant toi; car tu en as ainsi parlé, Seigneur Eternel, et la maison de ton serviteur sera comblée de ta bénédiction éternellement.
Saint Mommelin, priez, nous vous en supplions, pour tous les malades que nous vous recommandons; je vous en prie aussi, priez pour moi.

ORAISON
Ô Seigneur Jésus, mon Sauveur! ôtez de moi tout ce qui vous déplaît, et je me donnerai volontiers à vous tout entier; je ne vous demande en échange que la bénédiction de vos saintes plaies. Ces plaies enflamment mon cœur bien plus que la vue du firmament; leur éclat est bien plus vif pour moi que celui des étoiles; elles éclairent mon esprit bien mieux que la lumière du soleil n’éclaire l’univers; elles allument en mon cœur un incendie bien plus violent que ne le pourrait faire sur un objet matériel le feu le plus vif; elles attendrissent mon âme bien plus sûrement que l’eau n’amollit les prairies qu’elle parcourt; elles excitent ma volonté au bien, plus efficacement que le grain ne féconde la terre où on l’enfouit. Ainsi soit-il.

N’oubliez pas de visiter nos autres sites.