Sainte Marie la Douloureuse

Sainte Marie la Douloureuse

Sainte Marie la DouloureuseSainte Marie la Douloureuse est ainsi appelée, en raison des injustes souffrances qui lui furent infligées par la malignité des hommes. Elle naquit en Belgique au 13ème siècle et, après avoir passé plusieurs années de sa vie dans la pénitence, il advint qu’elle fut accusée d’un vol qu’elle n’avait pas commis et fut condamnée à mort.
Sainte Marie la Douloureuse pria en mourant la Vierge Marie, sa patronne, de faire éclater son innocence et lui demanda, pour ceux qui l’invoqueraient après sa mort, d’être préservés de douleurs, blessures et condamnations injustes.
On invoque donc Sainte Marie la Douloureuse quand on veut faire éclater sa bonne foi et se justifier des calomnies.
INVOCATION
Ô Dieu, qui ne cessez de nous montrer combien la dévotion envers la très sainte Vierge Marie, Notre Mère, vous est agréable, par les prodiges multipliés que nous obtient son intercession, faites que, par les mérites et les souffrances de la bienheureuse Marie la Douloureuse, nous obtenions les faveurs qu’elle a demandées pour nous à la Reine du ciel. Nous vous en prions par N.-S. J.-C. Ainsi soit-il.
Sainte Marie la Douloureuse, préservez-nous, par vos prières, de toutes douleurs, blessures et condamnations injustes.

ORAISON
La nature, ô mon Dieu, est si ingénieuse à défendre ses intérêts; le cœur de l’homme, jaloux de sa liberté et impatient sous le joug, devient si adroit à s’autoriser contre vous et à justifier ses révoltes, que trop longtemps et trop souvent j’ai écouté les prétextes d’un esprit aigri, d’un esprit animé, d’un esprit rebelle, et que j’en ai suivi les mouvements. Mais il faut enfin qu’il plie; et après les exemples que vous nous avez donnés dans votre vie mortelle, il ne lui est plus permis d’avoir d’autre sentiment que celui d’une humble et aveugle soumission: soumission dans les plus fâcheux revers et dans les plus tristes accidents; soumission dans les calamités, dans les besoins, dans les traverses, dans toutes les misères de la vie; soumission malgré les répugnances, malgré les soulèvements de cœur, malgré tout le bruit et tous les retours des passions les plus vives et les plus ardentes; soumission au milieu des plus profondes ténèbres, au milieu des découragements, des désolations, des langueurs, et sans aucune goutte de cette rosée céleste que vous faites couler, Seigneur, à certains moments et sur certaines âmes ; soumission toute pure et toute surnaturelle, où ne se mêle rien d’humain, rien de ce que le monde peut offrir pour soulager ou pour distraire; soumission générale et complète, qui embrasse tous les évènements  quels qu’ils soient ou puissent être, et dans chaque évènement jusqu’aux plus légères particularités: car telle est, mon Dieu, la soumission que je vous dois et dont je ne puis me départir sans oublier ce que vous êtes et ce que je suis; elle a pour moi bien des difficultés, et j’y trouve dans moi beaucoup d’obstacles; tout ce qu’il y a de charnel dans mon cœur y forme de continuelles oppositions, et cette guerre intestine m’expose à de rudes assauts; mais avec votre grâce, Seigneur, la raison et la religion réprimeront ma chair; ou si elles ne peuvent lui imposer silence, au milieu de ses cris et sans prêter l’oreille à ses murmures, je ne cesserai point de répéter cette parole: « Que votre volonté soit faite, et non la mienne.  » Ainsi soit-il.

N’oubliez pas de visiter nos autres sites.